(Kilka portretów z Polską w tle)

traduit par M. Carlier. G. Erhard
publié par Noir sur Blanc, Paris, 2000

achetez le livre

 


 

 

 

L'existence quotidienne, pauvre mais si pleine de vie du shtetl, les leçons de dessin de monsieur Schultz à Drogobytch, la foule dans les rues animées du quartier de Nalewki à Varsovie ; les parfums des baïgele frais et du tchoulent le soir du shabbat ; les forêts verdoyantes de Lituanie, le saule pleureur sur des rives de la Vistule, la croix en bois dans la plaine, parmis les champs de blé... L'ombre terrible de la Shoah plane sure tous ces souvenirs, rend la mélancolie encore plus inconsolable. Tels les éclats de la memoire, ausii douloureuse qu'enfouie, les paysages et les saveurs de l'enfance reviennent ici dans une polyphonie de voix des juifs polonais que Tuszyńska interroge ou, tout simplement écoute.
Partie sur les traces du monde perdu du Yiddishland, à Vilnius, Paris et surtou Israël, le reporteur enregistre les témoignages des survivants, cherche a comprendre leur identite : juif et Israélien, religieux ou athée, parlant le yiddish, le polonais, l'hébreu, le russe...
En dix textes, par la voix d'interlocuteurs souvent anonymes, parfois connus comme David Grossman, écrivain israelien, ou Grigori Kanovitch, écrivain russe, se dégagent une vision ou plutôt des visions de l'Israël d'aujourdhui, de sa richesse culturelle et de ses paradoxes
Les récits de Tuszyńska ne sont pas politiquement corrects, ils n'évitent pas les sujets difficiles : l'antisémitisme polonais, les reactions complexes des juifs ashkénazes avec la culture et la langue polonaises, les rapports à la foi et a l'idéal sioniste des Israéliens nés dans l'Est européen, les tensions ethniques en Israël... Autant de questions épineuses auxquelles les réponses ne peuvent ni ne doivent être univoques, et qui se cherchent ici dans la multiplicité des temoignages et dans leur contradictions.

Les revues de presse (extraits)